Architecture

Monument historique

Le château du Puy est inscrit à l’Inventaire Supplémentaires des Monuments Historiques (ISMH). Sont inscrits tous les bâtiments de la cour d’honneur, les grands communs, le jardin et le parc avec ses charmilles, l’ensemble ayant conservé son état d’origine, ce qui lui permet de témoigner du passé de notre région vieux de trois siècles, dans un cadre champêtre très préservé.
Bâtiments, parc, jardin, pièce d’eau sont disposés selon le schéma classique de l’époque. Il n’a pas été modifié depuis.

 

Le château

L’architecture de ce bâtiment est sobre mais très bien équilibrée. C’est l’harmonie qui prévaut plus que le faste. On remarquera  l’élégance de la façade sans ostentation et la belle élévation de la toiture. Le bâtiment a conservé sa structure d’origine, certains tuffeaux ont néanmoins été rajoutés au XIXème pour égayer la façade. François du Puy au milieu du XVIIème siècle a construit ce château au centre de ses terres, de la ‘tenure’ comme on disait à l’époque. Avant la cour d’honneur, on trouve les deux grands communs et la ferme, disposition classique à cette époque qui témoigne de la vie qui était organisée en autarcie.

 

La chapelle

La chapelle montre un grand retable en tuffeau, ce qui est rare en Mayenne où les retables, nombreux, sont le plus souvent en marbre. Les vitraux de la chapelle, d’origine, au dessin classique du XVIIIème, ont été également restaurés. On remarquera le beau bénitier en pierre.
Le dessus de la porte d’entrée a été martelé à la Révolution pour en effacer le motif religieux, nous l’avons laissé ainsi en témoignage.
L’autel et le sol, bien vilainement refaits au cours du siècle dernier, figurent dans la liste des travaux à venir.

La maison XVIIIème

Tenant lieu d’aile gauche, entre le château et le pavillon d’angle faisant pendant avec la chapelle, on remarque une élégante maison  construite au début du XVIIIème siècle, sobre et harmonieuse avec une belle disposition des fenêtres et lucarnes, la lucarne centrale étant surmontée d’un fleuron sculpté en tuffeau. Elle offre un grand four à pain parfaitement conservé dans une belle cheminée en pierre.

Le parc

Le parc actuel a été créé au milieu du XVIIIème siècle sur un schéma classique : jardin à la française, douve, pièce d’eau et charmilles. Le jardin dispose d’une belle série de topiaires de buis. L’ensemble reste simple et sobre car il ne faut pas oublier que nous sommes dans un château d’une région qui était à l’écart des voies de communication. On y vivait avec goût mais dans une grande simplicité.
Le parc est situé entre deux étangs reliés par la douve qui borde le jardin. Au-delà de la douve s’étend la charmille qui s’ouvre par une allée de tilleuls prolongeant la perspective. Nous avons maintenu dans l’environnement du parc l’aspect de bocage avec ses haies et chemins creux. Le parc conserve encore des chênes remarquables dont certains remontent à son origine. C’est ce caractère champêtre qui en fait le charme.

La charmille

Au XVIIIème, tous les parcs avaient leur charmille, la plupart ont aujourd’hui disparu, compte tenu de la difficulté à les maintenir en état. Celle-ci reste une des deux plus grandes qui subsistent en Mayenne et présente un labyrinthe, ce qui est tout à fait rare.
Elle a été créée dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle mais avait été plus ou moins abandonnée, nous avons dû la rabattre, retrouver le dessin du labyrinthe et reprendre une taille régulière pour lui redonner forme. Elle est inscrite aux Monuments Historiques.

Les étangs

Le mur qui borde le jardin correspond à la digue de retenue d’un étang en place depuis l’origine. Nous l’avons maintenu volontairement dans son aspect sauvage en partie envahie par les aulnes. Un autre grand étang sur la droite du château a été recréé récemment sur un emplacement ancien.